Médium définition

Médium définition

Médium définition

Pourquoi certains Médiums sont-ils en incapacité d’exploiter leur Don ?

Par paresse, fatigue, maladies, peurs… Egalement, leur rationalité peut primer chez eux comme une sauvegarde à rester sensés donc en bonne santé mentale et demeurer cohérents envers tout ce qui touche aux réalités terrestres. La Médiumnité peut se révéler perturbante car en la matière, il y a à assumer un état de fait pouvant être spectaculaire et publique, ou pas. C’est finalement un choix respectable du Conscient sur l’Inconscient. Ce qui apparaît vital dans l’existence de tout individu se doit d’être respecté.

Sont-ils trop englués par des soucis terrestres ?

Cela arrive aussi ! Les préoccupations terrestres doivent rester prioritaires au vu de leurs importances. Etre Médium, c’est pouvoir se mettre en capacité à s’affranchir de l’ambiant et cela peut donc à terme comporter des risques de gestion de cet ambiant, celui qui assure la vie terrestre, de façon pérenne dirions nous. L’équilibre est une route principale, les voies transversales, des chemins originaux, marginaux ; certaines personnes savent passer allégrement de l’un à l’autre, ça exclut de rester engluer comme vous dites. La médiumnité, c’est donc aussi assez « sport » dans son existence si on va par là… Se focaliser sur ses soucis (matériels, argent etc.) ramène à la terre et peut bloquer l’Eveil.

Ou doivent-ils avant toutes choses nettoyer les reliquats des vies antérieures pour être dans la Lumière ?

Etre Médium actif induit de se débarrasser de certaines pollutions mentales voire physiques mais n’évacuent pas pour ce motif les reliquats karmiques comme vous dites, en revanche, cela peut aider le Sujet Médium à mieux affronter ses propres épreuves. S’élever, c’est percevoir avec plus d’acuité, donc, si la vue est meilleure, le plan d’ensemble est mieux appréhendé. Cqfd

Un Eclairé aura moins d’excuses qu’une personne lambda à la non-résolution de certaines traînes karmiques justement au motif qu’il les aura pourtant mieux que quiconque entrevues, senties…

Pourquoi n’ont-ils pas accès au lâcher-prise?

Les émotions submergent le conscient, c’est un peu la nature chez l’humain. Penser travailler avec son subconscient alors que le déséquilibre est patent dans le conscient, autant renoncer des deux côtés. Avant de savoir diriger un bateau en haute mer, il convient d’être formé(e) par quelqu’un d’aguerri à sortir du port. Le lâcher-prise n’est pas qu’un concept, il est aussi un mariage intérieur et comme tout mariage, il est préférable qu’il soit souhaité par deux parties, comprendre, le Sujet incarné stable comme les actifs nichés dans l’Au-delà, les mêmes qui travailleront avec votre subconscient & conscient. De plus, un mariage est précédé d’une période d’observation, cette période est utile dans ses formes de tests…

Etre “Médium-contact” n’implique jamais d’être privé d’épreuves, au contraire, c’est la voie royale de (ou vers) l’évolution. Le lâcher-prise est individuel, intellectuel et se doit d’être pratiqué pour tout, y compris pour la Médiumnité.

Notez, beaucoup de Médiums n’ont, pour leur part, aucun souci avec le lâcher-prise.

Pourtant si on leur transmet un Don c’est pour aider son prochain, alors pourquoi la tâche est-elle si difficile? 

Plutôt que « don », il faut dire « faveur divine » car le « don » présuppose que cela tomberait un peu au hasard la petite chance sur untel ou untel, tandis que la « faveur divine », elle, induit un choix supérieur sur quelque chose d’inférieur. Attention, une « faveur divine » peut être donnée mais aussi retirée… C’est la raison pour laquelle par exemple, une mauvaise Voyante ou mauvais Voyant, n’exerçant pas correctement (honnêteté, dépravation, dégradation physique et mentale, etc) n’aura tout à coup, plus de flashs qualitatifs (ou moins), également, moins de sagacité dite géniale et pour une cause, toujours rechercher l’effet.

« Aider son prochain », c’est une disponibilité que l’on se donne pour supposément la rétrocéder aux autres, si le sens du mot « aider » se perd en une poisseuse littéralité douteuse, le cœur n’y est donc plus, alors l’Esprit ne sera plus de bon aloi, la perte de confiance n’en sera que plus évidente.

« Aider », c’est vouloir se transcender au travers de ses actes, ses intentions, non, être mis devant le fait accompli et contraignant du : devoir faire face. Nuance car « aider » demande parfois de prendre son élan, de réfléchir à la bonne manière de faire donc de savoir s’organiser au contraire de la bienveillance occasionnelle qui à plus à voir avec la spontanéité. La pureté peut être dans les deux cas mais « aider » par voie médiumnique implique, la réflexion sur l’agir ou le non-agir d’ailleurs.

Etre « Médium », à la jonction de deux mondes, c’est sacrifier une petite ou grande partie de soi, en réalité et comme dans bien des domaines, peu de personnes en sont capables. Mais cette vérité est aussi valable pour les infirmières, les bénévoles d’associations, les secouristes. Les bonnes personnes ont les autres pour souci(s) noble et véritable et entrent dans cette approche liée à l’infaillible constance… ou pas.

La difficulté est souvent celle que l’on se donne pour excuse, à tort ou à raison.

Pour consulter Catherine d’Auxi :

Yann d’Auxi Médium Spirite (cliquez sur le lien pour visiter le site)

Copyright – Catherine d’Auxi